BIO

Jérémie Ternoy est né en 1977 à Béthune. Le trio se présente bientôt au concours jazz de la Défense, en 2003. Il s’y distingue en obtenant la Mention Spéciale du Jury, tandis que Jérémie Ternoy reçoit le deuxième prix de soliste. En 2004, le trio enregistre un premier album autoproduit. En 2006, avec le même trio, Jérémie Ternoy remporte le concours « Rezzo Jazz à Vienne », cette distinction leur permet d’enregistrer un deuxième album : Bloc.Cet album, signé chez Zig Zag territoires leurs permet de conquérir un public plus large ( Concerts à Radio France, Disque de la semaine Jazz à Fip…)Sélectionné par l’Afijma dans le cadre du dispositif « Jazz migration » le trio de Jérémie Ternoy tourne en France et prend de l’essor et s’exporte de plus en plus : Jazz sous les pommiers, jazz à Vienne, Jazz in Marciac, Motives Festival (Genk), Rome, Karkiv etc.
Attiré par l’écriture et l’improvisation, le pianiste participe à de nombreux projets d’esthétiques différentes :  Le Thomas Grimmonprez trio (Avec Christophe Hache et Thomas Grimmonprez), le trio MTM dédié à la musique de T.Monk et à l’improvisation libre, en compagnie de Jacques Mahieux (batterie) et Nicolas Mahieux (contrebasse). C’est au côté de ces deux musiciens qu’on le retrouve sur l’album «Peaux d’âme» de jaxques Mahieux au côté de Géraldine Laurent et Olivier Benoit.
Au Rhodes et claviers il fonde le trio électrique TOC  avec Peter Orins (batterie) et Ivan Cruz (guitare). Au sein du collectif lillois Zoone Libre, il joue et compose notamment pour le grand ensemble Vazytouille. Intéressé par les thématiques du langage , du voyage il monte le projet «Contraccordiano» en compagnie de  Kristof Hiriart (Voix,percussion), Christophe Hache, Thibault Dille ou Didier Ithursarry (créé au Théatre D’Arras en mai 2011)
Attiré par les expériences transversales, Jérémie Ternoy, au fender Rhodes préparé, participe à [DUKONE] en compagnie de Thomas Suel (textes et voix) et Christian Pruvost. Ils préparent ensemble un nouveaux projet intitulé [NU] qui voit le jour en octobre 2012 porté conjointement par  Culture commune et la Rose des vents (scènes Nationales du Nord et Nord pas de Calais).
En 2012, on le retrouve au côté de Sylvain Kassap (avec Claude Tchamitchian et Hamid Drake)  il intègre le groupe MAGMA, au côté de son fondateur, Christian Vander, intègre le quartet de Gérard Marais (avec Henri Texier et Christophe Marguet).
Titulaire du DE de Jazz, Jérémie Ternoy est aussi enseignant aux Conservatoires de Tourcoing et de Lille (classe de jazz). Il anime régulièrement des ateliers et des stages autour du jazz et des musiques improvisées.

Jérémie Ternoy Trio

BILL

3eme opus du Trio sorti chez Circum-disc
ACHETER l’ALBUM « BILL »

  • La rencontre de Jérémie Ternoy avec Nicolas Mahieux et Charles Duytschaever a donné naissance un trio d’une grande cohérence. Leur musique est énergique et sensible, pleine de vigueur mais aussi de délicatesse. Il a été récompensé lors du concours de jazz de la Défense 2003 et a aussi remporté le Rezzo jazz à Vienne en 2006. En 2008, ces premiers prix ont été confirmés par une sélection du trio de Jérémie Ternoy dans le programme Jazz Migration de l’Afijma.
  • En 2008 également, le Jérémie Ternoy Trio enregistrait «BLOC», son second album (le premier étant une autoproduction) sur le label Zig-Zag Territoires. Ce disque, particulièrement bien reçu par la critique et le public leur a permis d’atteindre une certaine notoriété : Disque de la semaine Jazz à Fip, concerts à Reims, Genk, Festival de Tourcoing, Jazz sous les pommiers, Jazz à Vienne…
  • Enregistré au Studio Sequenza en mars 2011, «BILL» marque une nouvelle étape dans la recherche musicale du Jérémie Ternoy Trio. Sans renoncer à l’épaisseur et à la cohésion sonore qui le caractérise, le groupe propose dans ce nouvel opus une musique plus suggestive chargée d’espaces et de respirations traversés par un jeu musical fin et poétique. Entre poupée gigogne et mandala, chaque morceau et caractérisé par un motif souche qui donnera les règles de jeu d’une invention tant thématique que formelle. Des références aussi variées que le jazz, la pop ou la musique répétitive se mettent en perspective à travers les huit tableaux qui composent l’album.